Changer la donne

La recherche d’emploi est souvent loin d’être une partie de plaisir … Il est toutefois possible de changer la donne : en connaissant ses atouts, en maîtrisant sa stratégie et en sachant jouer cartes sur table.

Ai-je les bonnes cartes en main ?

Je commence par identifier les meilleures cartes de mon jeu (mes atouts) et les plus faibles (mes points d’amélioration). Pour cela, je peux faire un bilan de compétences pour mieux me connaître, passer ou renouveler des tests de personnalité, réfléchir à des réalisations probantes. Je peux aussi compléter mon jeu afin d’obtenir les cartes maîtresses demandées par mon secteur professionnel en me formant, et cela à tout âge !

Je tire parti de « l’effet miroir » de mon GAD, lorsque les collègues décèlent un élément important. En échangeant avec mon réseau professionnel et personnel, je découvre comment je suis perçu(e). Je suis capable de mettre en avant ces atouts grâce au travail sur ma présentation mené en GAD. J’ai constitué mon jeu de cartes et identifié le rôle de chacune. Sur mon CV, je peux les classer par couleur et par ordre décroissant, de la plus forte à la plus faible.

En face, le recruteur recherche le carré d’as : 4 compétences clés. S’il me manque une de ces cartes essentielles, à moi de déterminer si cela vaut la peine d’entamer la partie en postulant, ou bien de changer de partie pour me consacrer à une nouvelle candidature.

Ma stratégie gagnante : garder la main

Je dois connaître l’autre joueur, le recruteur : faire une enquête terrain, savoir qui j’ai en face, où je mets les pieds, pour rester maître du jeu.

La recherche d’emploi est un jeu avec ses règles, je dois les connaître et les appliquer, comprendre les procédures et les codes
du recrutement : savoir répondre à une annonce, me présenter, répondre aux questions lors d’un entretien de recrutement. Je maîtrise mon jeu, je sors chaque carte à bon escient, je m’adapte en fonction du comportement de l’autre joueur. Si j’ai identifié des cartes qui me desservent, je prends garde de ne pas les dévoiler.

Si une carte maîtresse me manque, j’ai peut-être d’autres cartes à faire valoir pour emporter la partie. A défaut de carré, un full peut l’emporter !

Mieux vaut jouer cartes sur table

Mais attention, si j’ai joué gros, et que j’atteins la prise de poste, un coup de bluff peut être révélé : l’employeur découvre que je n’ai pas les compétences techniques espérées et n’est plus en mesure de me faire confiance.

Pendant le processus, le recruteur peut vérifier beaucoup d’éléments de ma candidature auprès de mon ancien employeur ou par les réseaux sociaux. À tout prendre, mieux vaut jouer cartes sur table : je ne suis jamais meilleur(e) que quand je suis moi-même.

Bonne rentrée à tous !

Le Gad 6

Partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *