Philosophie de la vertu de l’échec

Chacun de nous a connu l’échec dans sa vie. Nous vous proposons de partager la philosophie de Dynamique Cadres accompagnée de citations par des personnages célèbres.

L’échec ne peut aboutir qu’à une spirale vertueuse car nous ne sommes jamais “mat“. Ce n’est pas une couleur définitive car elle est déterminée par une combinaison de notre vision du futur, notre but, notre ambition, notre détermination.

L’échec n’est qu’un essai manqué, un apprentissage de la vie, une expérience qui ouvrira d’autres portes : Pour Thomas Edison, nous n’avons pas échoué mais nous avons trouvé “10 000 solutions qui ne fonctionnent pas“.

Dans cette mesure, il est nécessaire d’optimiser nos aptitudes et d’éviter toutes charges que nous ne saurions tenir. Cette attitude est une prudence durant le chemin que nous prenons.

En revanche notre enthousiasme est un atout précieux. Comme le dit Wilson Churchill : “le succès c’est d’aller d’échec en échec, sans perdre son enthousiasme“.

L’échec permet de nous faire comprendre que nous ne sommes pas seuls dans l’univers. Il est alors souhaitable de nous tourner vers des gens positifs afin de nous transcender, de grandir par notre confiance, et notre persévérance.

Le manque de prise de décision, l’ajournement sont des formes de procrastination et d’isolement. Ainsi nos hésitations engendrent des freins sachant que le monde bouge. Si nous n’avançons pas nous stagnons voire nous reculons. Aussi la prise de risque et notre contrôle passeront par le possible, notre force et notre vigueur.


Le jeu d’échec est une stratégie multidimensionnelle qui prend aussi en compte le temps, l’esprit, la patience, l’énergie de résister, le poids de la capacité à soutenir la pression. Une autre dimension sera l’action. Cette dernière se concrétise par le moment où on lève l’un des éléments pour atteindre un autre but. Alors, la réflexion agit et l’agrégation de nos compétences entre dans le jeu.

Nos valeurs communes, nos valeurs personnelles sont là comme un substrat sur lequel nous pouvons nous appuyer pour nous transcender. Cette vertu de l’échec permet de mettre en phase les priorités pour construire notre futur et surtout d’en sortir grâce à nos forces. John Danner et Mark Coopersmith soulignent que l’échec reste “une erreur ou un résultat indésirable qui importe“ pour une équipe ou bien une personne.

L’échec engendre la peur et la peur sclérose notre esprit. Lorsque nous savons cela alors nous devons revenir sur les fondamentaux pour reconstruire notre moi intérieur et sortir de l’enfermement.  Pour réduire cette peur de l’échec, il est important de comprendre que c’est un élément clef de la créativité, de l’innovation et de l’entrepreneuriat voire une compétence de découverte qui caractérise l’innovateur. L’échec engendre souvent une création, sa propre création.

En revanche les relations sociales sont importantes car elles permettent d’évaluer notre conscience, de sortir de nos esprits saturés, d’élargir nos champs de visions, d’être dans un bio-système et certainement de nous faire comprendre que notre planète est grande avec d’immenses possibilités.

Nous tous chez Dynamique Cadres possédons le diplôme de la vertu de la réussite. Alors ce n’est pas parce que nous sommes en échec, que nous avons fait des erreurs, que nous devons attendre d’être “mat“.

En effet, nous ne sommes pas que des chercheurs, nous avons en nous la volonté d’être des “trouveurs“. C’est pour cela que nous demandons de recevoir une réponse, dès lors qu’elle est motivée et sincère.

 

Le GAD 13

Partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *