Venir au GAD ? Que cela nous a-t-il apporté ? Que cela va-t-il vous apporter ?

Nous cherchons souvent à savoir ce qu’un recruteur a perçu de nous lors d’un entretien d’embauche. Cela est souvent difficile à savoir. Chacun a son filtre de lecture et nous connaissons rarement celui du recruteur. Ce dont nous sommes sûrs, c’est qu’il a perçu que nous étions préparés à la rencontre, pas seulement parce que sommes allés sur le site de l’entreprise pour grappiller quelques éléments d’information, mais surtout parce que :

  • notre pitch était préparé et adapté: à force de nous exercer durant le GAD on est capable de le dire dans toutes les conditions,
  • nous savons parler de notre histoire tout en nous projetant en avant, dans cette nouvelle vie professionnelle pour laquelle nous postulons,
  • nous sommes restés actifs pendant cette période sans emploi à plein temps.

Commencer sa recherche d’emploi par un bilan de compétence, ce n’est pas tout. Ce n’est qu’une première brique. Il faut ensuite s’entraîner, se confronter aux regards des autres. C’est ce que permet le travail en groupe et plus encore le GAD.Chacun le sait, seul 7 % de ce que l’on dit compte. Avoir un retour sur sa communication non verbale est nécessaire. Cela aussi, on le trouve dans son GAD. Certes nous ne sommes pas tous recruteurs aguerris, mais nous sommes des acteurs, ne serait-ce qu’en ayant accueilli un nouveau collaborateur. Nous savons donc tous donner un ressenti / feedback sur un discours ou une présentation. Tout ceci se fera naturellement avec les valeurs de Dynamique Cadres : ouverture, bienveillance et partage.

De plus, la diversité des profils existant dans un GAD permet d’avoir des échanges plus variés que dans son réseau proche. La qualité des échanges et d’informations n’en sera que meilleure. Un retour sur son CV, une information sur un salon à visiter, de nouveaux contacts réseau, une idée à tester, etc.

Mais plus encore, le GAD permet de se motiver, d’être motivé, d’avoir le retour des autres, d’avoir le soutien du groupe lorsqu’une porte se ferme ou que l’on connaît un « coup de mou ». Ou au contraire d’avoir le support du groupe lorsque l’on obtient un poste mais que l’on sait que la reprise sera dure. C’est tout cela, la solidarité.

Il faut rester positif, volontaire, et acteur de son projet professionnel, aussi bien l’été que l’hiver. Il n’y a pas de saison pour les GADiens : venir en GAD, par la rencontre avec l’autre, permet tout ceci.

Le GAD est aussi une opportunité pour travailler en collectif, avoir des projets communs. Cela est une expérience qui ne pourra que d’autres cheminements et d’autres routes, d’autres expertises. Cheminer rapidement grâce aux autres membres est une posture des groupes qui écoutent. Que cela soit dans l’animation du GAD, pour vos projets personnels ou pour le rayonnement de Dynamique Cadres. De nouvelles réalisations probantes en perspective !

Oui, nous le savons tous. Il est parfois dur de se lever le matin pour être au centre de Paris à 9h15-9h30. Mais cela vaut le coup. Et cet effort n’est que le contre-don d’un cadeau fourni par vos camarades de GAD. C’est le début de la spirale vertueuse. Plus le GAD a de présents, meilleurs seront les retours, à court, moyen ou long termes. Certes, votre seule présence ne sera pas suffisante pour retrouver un emploi, mais elle y participera indéniablement.

Alors, GADIENS, tous à votre GAD !

Le GAD 13

Partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *