Garder la pêche ! Keep your chin up!

En français dans le texte, « Garder la pêche » ou comment se maintenir dans une dynamique positive au cours de sa recherche d’emploi qui peut parfois être longue.

Si l’on se réfère à l’étymologie de l’expression, avoir la pêche, la banane ou la frite (selon la région de France ou de Navarre dont nous venons) a la même signification ; il s’agit de décrire une personne énergique, dynamique et qui parvient à rester positive et optimiste dans la durée.

Cette expression pourrait prendre son origine dans le monde de la boxe et il est assez aisé d’établir le parallèle entre le coup de poing énergique du boxeur et le ressort nécessaire à toute recherche d’emploi.

Quoi qu’il en soit, cette expression nous permet de traiter de l’importance de maintenir cette dynamique positive puisqu’il en est de notre état d’esprit comme des premiers éléments que nous renvoyons à l’extérieur et à l’autre, et donc au recruteur ou à notre contact réseau qui peuvent nous faire avancer dans notre démarche.

On peut citer à cet égard l’importance de la communication non verbale dans toute relation interpersonnelle, et a fortiori, dans tout entretien de recrutement, qui est de 93% de notre communication, le paraverbal (posture et gestes) occupant, pour sa part, environ 55%.

D’où l’importance de conserver une bonne énergie qui serve notre candidature, notre discours et l’ensemble de nos interactions.

Plusieurs options et solutions s’offrent à tous les chercheurs d’emploi pour déjouer les pièges du temps et de la lassitude face à un parcours qui est rarement linéaire et peut conduire au découragement et à la démotivation :

1. Mettre en place un agenda quotidien/hebdomadaire précis

La recherche d’emploi peut s’apparenter à une activité en entreprise à part entière qui exige la même discipline et les mêmes règles : un emploi du temps quotidien structuré – avec une « to do list », ou des objectifs – peut contribuer à maintenir une dynamique positive.
Plusieurs exemples concrets peuvent illustrer cela :

    • Se lever à heure fixe pour garder une énergie constante,
    • La pratique d’une activité sportive (marche, jogging, gymnastique) qui permet de libérer de l’endorphine ou hormone du bonheur,
    • Se ménager des pauses dans la journée pour faire face aux baisses de régimes et en profiter pour faire ce que l’on aime (déjeuner sur son balcon, lire, écouter de la musique, regarder un bon film…),
    • Se former : cette période de transition peut aussi être l’opportunité de développer de nouvelles compétences ou de se former dans des disciplines que vous aimez et qui n’ont pas de lien avec votre métier. Il existe de nombreuses plateformes de Moocs (massive open online courses) qui donnent accès gratuitement à de nouvelles expertises, sur des sujets divers et variés.

Cet agenda doit rester flexible et pouvoir évoluer au gré de votre humeur et s’adapter aux sollicitations extérieures et autres activités périphériques.

Il vous permettra en outre de mesurer l’état d’avancement de vos actions et l’atteinte de vos objectifs et pourra constituer en cela une source de satisfaction et d’accomplissement appréciables.

2. Ne pas rester seul / privilégier le collectif

Cette période ouvre aussi la possibilité de s’investir dans des activités connexes à la recherche d’emploi, difficiles à concilier avec une activité professionnelle à temps plein, à savoir :

    • S’engager dans des associations dont la raison d’être vous tient particulièrement à cœur, soit pour participer à leur activité (aide à la personne, cause animale, …) soit pour y apporter vos compétences (mécénat de compétences) et ainsi contribuer à leur développement.
    • Ces activités permettent, d’une part de valoriser vos compétences mais également d’élargir votre réseau et peuvent donc en cela être la source de futures opportunités professionnelles.
    • Pratiquer des activités de loisirs artistiques ou manuels.
    • S’investir dans la vie publique, scolaire ou de votre ville de résidence.

En somme, il s’agit bien pour relever le challenge permanent que peut représenter la recherche d’emploi, de se connecter à tout ce qui peut nous aider en termes pratiques, qui vient d’être évoqué ci-dessus, mais aussi de rester en lien permanent avec tout ce qui nous fait plaisir et nous permet de nous en déconnecter : la famille, les amis, la capacité d’étonnement et d’émerveillement qu’offre la nature, la ville pour certains et « last but not least », notre aptitude naturelle à la joie et au bonheur !

PS: il va de soi que ces suggestions seront aménagées pour tenir compte de la situation sanitaire actuelle.

Le Gad 17

Partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *