La confiance en soi au cœur de notre projet professionnel

Tout le monde est un génie. Mais si vous jugez un poisson sur ses capacités à grimper
à un arbre, il passera toute sa vie à croire qu’il est stupide Albert Einstein

Nos envies et nos attentes professionnelles évoluent avec le temps et c’est normal. Il y a des moments dans la vie où on n’est plus tout à fait à sa place. Le costume est parfois trop petit ou trop grand, il y a quelque chose qui ne fonctionne plus… C’est sans doute le moment de prendre du recul pour analyser avec bienveillance qui vous êtes aujourd’hui professionnellement.

L’exercice de la feuille blanche

Commencez par faire un exercice tout simple : prenez une feuille blanche et indiquez TOUT ce qui ne vous convient plus dans votre poste actuel ou dans votre dernier emploi. Listez tout ce qui vous passe par la tête : écrivez des mots, des noms de personnes, collez des images qui vous plaisent ou qui ne vous plaisent pas. Ne vous interdisez rien ! C’est une phase de réflexion ouverte. Sur cette feuille blanche, tout est possible. Si vous manquez d’inspiration, vous pouvez faire des tests de personnalité  ou échanger avec des personnes de votre entourage pour leur demander comment elles vous voient.

Une fois ce travail de réflexion réalisé, retenez 5 idées principales exprimant ce que vous ne voulez plus. Ensuite, faites le même exercice pour TOUT ce que vous aimez. Imaginez que vous avez une baguette magique : qu’est-ce que vous voulez faire dans votre prochain poste ?

Il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises réponses. Pour certains, le levier de motivation, c’est l’argent ; pour d’autres, c’est le titre, l’environnement, l’aide que l’on peut fournir aux autres …

Gardez précieusement cette feuille et relisez-la régulièrement pour savoir si vos objectifs ont été  atteints. Si ce n’est pas le cas, faites bouger les choses !

Identifiez vos compétences

La liste des soft skills est infinie car elle relève de l’humain : la rigueur, la capacité de prise de recul, la gestion du stress ou encore la ponctualité et l’empathie sont des soft skills, mais aussi la  communication, le travail d’équipe, la résolution de problèmes, l’intelligence émotionnelle, la motivation, la capacité d’organisation, la pensée critique et entrepreneuriale.

Focus sur l’intelligence émotionnelle

C’est un terme très à la mode, mais ne vous trompez pas : il n’est pas question d’une personne “fragile et sensible”. Non, l’intelligence émotionnelle est cette capacité à identifier ses émotions et celles des 
membres de son équipe pour pouvoir les gérer au mieux et permettre au projet d’aboutir plus  simplement, sans conflit par exemple.
Elle implique une forme d’empathie et de capacité de prise de recul. Par exemple, si vous arrivez à comprendre qu’une personne vous hurle dessus uniquement parce qu’elle ne sait pas gérer son stress, vous pourrez essayer de l’aider à gérer son stress, et l’ambiance de travail sera meilleure.

L’intelligence émotionnelle s’appuie sur 4 grands domaines et 12 compétences (voir schéma infra)

  • Connaissance de soi : La conscience de soi est avant tout se connaître soi-même. Ses forces et faiblesses, nos valeurs, notre impact sur les autres,
  • Maîtrise de soi : La capacité à contrôler et à réorienter les pulsions et les humeurs destructrices. Ne pas laisser nos émotions nous paralyser et au contraire exploiter nos émotions positives,
  • Conscience sociale : Principalement l’empathie, qui consiste à comprendre les émotions d’autres personnes, surtout au moment de prendre des décisions. On en voit tout le mérite dans la capacité à développer d’autres personnes mais surtout la sensibilité nécessaire pour créer des ponts et combler les écarts culturels,
  • Dynamique interrelationnelle : Il s’agit d’établir une relation avec les autres afin d’avancer ensemble dans la direction souhaitée. Une question d’influence en sorte.

Pour aller un peu plus loin, arrêtons-nous quelques instants sur une qualité précieuse en entreprise et dans la vie et qui renforce sa confiance en soi : La Résilience. Il s’agit de l’alliance de 4 qualités de
l’intelligence émotionnelle :

** SAVOIR REGULER SES EMOTIONS
C’est trouver son équilibre émotionnel quand les repères sont bouleversés
. Facile à dire ou à écrire ! Alors quelques conseils :

Repérer les 3 P des émotions négatives…
PARTOUT : “Rien ne va” ; “Tout va de travers”
PERMANENT : “C’est toujours la même chose” ; “Tout est fini”
PERSONNEL : “Il n’y a qu’à moi que ça arrive”

Bien sûr, il y a des nuances et identifier ces émotions négatives est parfois plus subtil. Essayons d’avoir une petite alarme qui s’allume quand nos phrases sont trop souvent entourées d’émotions négatives.

Et les contrer
– D’abord, RALENTIR. Je respire, je me recentre
– Ensuite ACCEPTER. Je ne cherche pas à fuir ou à camoufler. J’accepte le moment sans le juger.
– Puis IDENTIFIER. J’observe mes sensations, mes pensées et je cherche à y mettre des mots
– Enfin ne PAS S’ATTACHER. J’ai compris, je ne ressasse pas.

** RESTER ADAPTABLE
C’est jouer d’ouverture et de flexibilité, savoir prendre du recul, accepter le changement et se lancer dans l’exploration.

Sources :
• « Et si vous trouviez (enfin) le job idéal ! Les secrets d’un chasseur de têtes ». Marie Hombrouck
• Conférence de l’association “À compétence égale”, présentation d’Eric Beldent du cabinet Andatime Ressources Humaines

LE GAD 2

Partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.