Tous des râleurs ?

Définitivement oui ! A en croire les citoyens du monde et beaucoup de nos concitoyens c’est notre image « d’irréductibles Gaulois » qui nous colle à la peau.

Râler c’est primaire, instinctif. C’est manifester un mécontentement, le plus souvent expression d’un inconfort, voire d’une situation jugée inacceptable ou une défense contre l’acte d’un tiers qui nous surprend.

C’est là que ça se corse. Les notions d’ »inacceptable », d’ »inconfort » et de « surprise » dépendent du point de la personne à un moment donné dans une circonstance particulière.

Le risque est grand que seule la mauvaise humeur soit perçue par les interlocuteurs au point qu’ils n’en cherchent même pas les raisons et brisent la communication.

Râler, est-ce une mauvaise habitude dans nos rapports sociaux, un moyen de défense personnelle et/ou un mode de prévention des conflits qui, sans être parfait, en vaut d’autres ?

Après tout, c’est peut-être un atout ?

Quoi qu’il en soit, râler c’est à tout le moins obliger à poser les problèmes : ne peut-on pas faire plus confortable, plus adapté, plus efficace, en un mot « mieux » ?

Râler, oui, peut être une source d’amélioration, à condition d’y mettre les formes, de doser son porte-voix pour émettre une critique constructive.

Mettre en exergue un point jugé difficile, oui, mais à condition de présenter une solution c’est-à-dire être une force de proposition.

Vous me direz aussi qu’il y a d’autres façons plus cordiales, soft, d’améliorer un système, quel qu’il soit. Mais peut-on toujours maîtriser son impulsivité et se dégager de cette pratique courante dans notre société ?

Vous avez du tempérament, il serait vain de le cacher. Si cela ne transparaît pas dans votre CV, cela se verra dans votre engagement. Faites-en une force en développant subtilement à travers le récit de vos expériences passées tout le bénéfice apporté à vos précédentes missions.

Au premier abord, être râleur est un défaut. Mais si on en prend conscience et si on contrôle ses impulsions cela amène à mieux maîtriser sa communication, à être plus écouté et compris pour débloquer une situation et ainsi à devenir leader.

Français, donc supposé râleur, que cela soit réel ou pas, vous aurez peut-être à expliquer à un futur employeur que vous contrôlez ce comportement, pour vous et pour les autres, pour une meilleure ambiance et une meilleure efficacité dans l’entreprise.

raleur

Le GAD 7

Partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *